top of page

Pourquoi dit-on “émail Grand Feu”

“Qui souffle dans le feu, les étincelles lui sautent aux yeux.”

Johann Wolfgang von Goethe






Grand Feu (émail grand feu) : on distingue par ce terme les émaux traditionnels des « émaux » ou plutôt peintures synthétiques. Ces derniers n’ont pas du tout la même composition qu’un émail vitrifiable. Ils s’apparentent à des vernis, des laques ou des peintures. Ces produits synthétiques s’appliquent sous forme liquide et ne nécessitent pas forcément de cuisson, ou alors à basse température (100-200°). Ces vernis n’acquerront pas la même dureté qu’un émail grand feu. Ils résistent bien moins à l’abrasion, aux effets des rayons lumineux et au temps que le véritable émail.

Les émaux dits grand feu se rapprochent du verre par leur composition. Leur préparation est longue. La cuisson de l’émail traditionnel est complexe et nécessite une température comprise entre 800 et 1000°. Un émail grand feu se travaille en plusieurs couches et cuissons successives. La dureté de l’émail est proche du verre : 7 sur l’échelle de Mohs. L’émail est inaltérable et grâce à ses qualités, nous pouvons aujourd’hui admirer des pièces datant de plusieurs siècles



0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page